Top
Pourquoi je délaisse ma voiture - Des Trucs Bien
fade
7332
post-template-default,single,single-post,postid-7332,single-format-standard,eltd-core-1.1,flow-ver-1.3.5,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1000,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-type2,eltd-fixed-on-scroll,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,abandonner-la-voiture,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0,vc_responsive

Pourquoi je délaisse ma voiture

Ma petite Saxo,
J’aime le ronron de ton moteur et le grincement de tes amortisseurs. Tu m’as toujours transportée partout sans jamais rechigner. Tu m’as abritée dans les pires états sans jamais me juger. Tu me laisses chanter sans jamais m’insulter. Alors tu te demandes pourquoi depuis 3 mois je te laisse prendre le pollen sous ce gros chêne. Et ce n’est ni parce que tu m’envoie des poussières dans les yeux quand j’allume la ventilation et ni à cause de ta fermeture centralisée foireuse. C’est bien plus grave que ça.

 

 

Quand j’ai eu mon permis, j’avais 19 ans. Je me suis sentie adulte et indépendante.
Bientôt 10 ans que je t’ai. Tu es comme ma petite maison partout où je vais, mon petit espace transportable.
Tu vois, j’aime bien t’avoir. C’est comme la liberté. Ça tu le sais.
C’est cool de conduire (sauf à Marseille), c’est rapide, on se sent puissant. C’est légitime d’être énervé au volant, on peut insulter tout le monde en toute impunité. Et ça c’est cool aussi.

 

La musique, les fenêtres ouvertes, les copains à l’arrière, les paysages qui défilent… j’aime tout ça.
Mais récemment j’ai réalisé que toutes ces choses, c’est à la fois ce qui fait que je te garde et ce qui fait que je ne veux plus t’utiliser.

 

 

Le petit espace transportable, ça prend de la place.

 

Je me suis rendue compte de ça, quand j’étais coincée sur un mini trottoir rempli de gens qui marchaient super doucement en prenant toute la place  (tu sais ces boulets qui marchent pile au milieu en écartant les bras). Bref. Et je me suis dit que c’était pas juste. Une ville c’est fait pour vivre, se rencontrer et échanger. Et c’est justement ce que font les piétons. Alors pourquoi diable sont-ce les voitures qui prennent le plus de place, elles qui ne font que passer ? Je m’énervais contre les types qui savent pas marcher, mais le soucis, c’était pas vraiment eux en fait.

 

Tu es une petite voiture, mais tu prends beaucoup de place. 300 fois plus qu’un humain piéton. C’est ce qu’ils ont dit sur France Inter la dernière fois.
Toi tu es petite alors c’est sûrement moins que 300, mais tout de même : ta taille + une place à la maison + une place pour te garer en extérieur… et toutes ces routes qu’on construit pour toi. C’est vrai que c’est beaucoup de place.
Imagine des parcs avec des arbres ou des potagers à la place des parkings. Des villes pleine de zones piétonnes, où on n’a pas à regarder des deux côtés avant de traverser. Imagine une vie sans avoir à fermer les fenêtres pour couper le bruit des moteurs.
Et regarde comme les paysages deviennent laids quand ils sont lacérés par ces longues bandes de goudron.

 

Et puis la liberté que vous nous offrez est assez relative finalement. Franchement, tu trouves pas ça triste de ne pas laisser les enfants aller à l’école seuls parce qu’ils risquent de se faire écraser ? de devoir chercher sa maison en fonction de là où on va te garer ? Parce que c’est pas le premier facteur de décision, mais je pense qu’il est important : ville, nombre de chambres et parking…
Il y a plein d’exemples, quand on cherche un peu, de ce qu’on est obligés de faire en fonction de vous. Partir à telle heure pour trouver une place ou pour esquiver les bouchons.
S’endetter. S’énerver pour une petite rayure. Faire les révisions. Payer des assurances. Payer des réparations. Payer les péages (enrichir ces enfoirés de Vinci, QPark & co). Payer l’essence.

 

L’essence. Ce truc qu’on paye si cher.

 

Je sais que tu en as besoin pour avancer. Que c’est de la pompe à essence que coule ma liberté de déplacement. Et elle me coûte cher financièrement.
Mais surtout elle nous coûte cher sur beaucoup d’autres plans.

 

J’ai cherché sur internet. Alcanes, cycloalcanes, alcènes, hydrocarbures. Je comprends pas trop tout ce que c’est (je crois que c’est fait exprès), mais en vrai pas besoin de chercher. Ce n’est un pas un secret que cette essence c’est de la merde. Le pétrole, c’est l’industrie la plus polluante du monde. Tout le monde le sait. On sait tous que c’est ce qui est en train de nous foutre en l’air.
Les énergies fossiles, on sait que c’est mauvais, qu’on arrive bientôt au bout. Mais on continue de ne jurer que par ça pour nous déplacer.

 

Et tu savais que dans le diesel, il y avait plein d’huile de palme ? Que 50% de l’huile de palme qu’on utilise en Europe elle se trouve là-dedans ? Tu le sais que c’est pour cette huile qu’on rase l’Amazonie ?
Et l’Amazonie, elle ne mérite pas de se faire raser juste parce qu’on veut se déplacer plus vite.

Bon, toi tu tournes pas au diesel, mais le sans plomb ne fait pas rêver non plus.
Tu as remarqué que chaque fois que c’est la merde et la guerre quelque part, il y a plein d’histoires compliquées sur fond de puits de pétrole ?
Alors c’est sûrement des affaires bien plus complexes, qui viennent de plusieurs choses. Mais devine quoi ? j’ai la flemme de chercher. Je sais pas ce que je trouverai, ni si je le trouverai mais je suis sûre que ça doit pas être joli à voir. Et que je vais me rendre compte qu’on y participe beaucoup plus que ce qu’on imagine. De toute façon, pas besoin de recherches pour savoir que le pétrole c’est de la merde.

 

L’industrie du pétrole, c’est peut-être pas les voitures qui l’utilisent le plus. Les voitures, c’est juste la petite pointe visible de l’iceberg (qu’elles aident à faire fondre). Oui, il y a aussi les exportations et les importations, les avions, les bateaux, le plastique et oui, ils sont pires. Et je fais ce que je peux pour éviter d’encourager tout ça à mon échelle.
Sauf pour l’avion, le pire de tous, je n’ai pas été une très bonne élève cette année. Et je m’en veux. Beaucoup. Mais restons concentrées sur l’automobile.

Je ne veux plus donner de sous à ces gens qui perforent le ventre notre planète pour en extraire cet “or noir” et polluer l’air simplement pour déplacer ma petite personne.

 

Et puis il y a le réchauffement climatique, la pollution, les particules fines, la couche d’ozone qui se perse, les cancers que ça nous donnent…
Et en parlant de santé, franchement, ça nous ferait pas de mal de vous lâcher un peu, vous les voitures, pour marcher un peu plus, vivre un peu plus dehors – peut-être qu’on se parlerait plus et on se ferait plus d’amis en vivant comme ça – et bouger nos culs toujours vissés à des chaises.

 

Nos culs, qu’il serait de bon ton de bouger.

 

Parce que oui, on est des branleurs. Physiologiquement pas partisans du moindre effort. Alors la voiture c’est bien. Pas facile d’y renoncer.
Mais cette année, encore plus que les précédentes, j’ai peur. En février, il faisait super chaud. Les oiseaux sont sur le point de disparaitre. Il y a de plus en plus d’alertes particules fines et les gens râlent quand on leur demande de limiter l’usage de la voiture.
Les gens râlent quand leurs enfants sont asthmatiques à cause de qualité de l’air. Les gens râlent quand on les obligent à trouver des solutions pour éviter ça. Les gens (et sûrement moi avec) ne font vraiment pas semblant d’être cons.

 

On est toutes les 2 des 90’s kids, alors tu dois te souvenir des insectes collés sur les plaques d’immatriculation sur la route des vacances ? ça fait combien de temps que c’est plus arrivé ?
On a fait disparaitre les insectes !? Bon, ça ce n’est pas trop de ta faute, c’est à cause de nous. C’est parce qu’on a voulu manger des tomates en hiver et qu’on ne supporte ni de voir des mauvaises herbes dans nos champs, ni des escargots dans nos salades. Alors on a tout détruit avec des produits en”cide”. Comme suicide. On traite la nourriture, la nature, la vie avec des produits ayant un suffixe qui signifie “tuer”.

 

Je vais continuer à t’utiliser parce qu’ici, tu le vois bien, on n’a pas (encore) toutes les infrastructures pour que je me passe de toi. Mais ce sera de moins en moins.
Alors oui, ça changera pas grand chose au monde, mais je ne peux pas continuer à vivre comme avant.

J’ai eu de la chance, je t’ai utilisée à peu près innocemment pendant quelques années. Et je fais sûrement partie de la dernière génération à avoir connu ce luxe.
Je pourrai envisager de te remplacer par une électrique, mais à quoi bon ? Utiliser une autre énergie ? Continuer à déplacer des centaines de kilos de métal juste pour moi ? En prendre une autre qui prendra encore plus de place ? qui tombera plus en panne ? Qui sera fabriquée avec des composants encore plus polluants que les tiens ? Qu’il faudra faire rouler 20 ans pour que vraiment elle soit moins polluante que toi ? ça ne me parait pas bien malin.
Et puis, jamais je ne partagerai autant d’aventures avec une autre. Jamais aucune n’aura ce petit air désuet qui fait ton charme.
Alors autant marcher, pédaler, acheter une carte de bus et covoiturer. Parce que je crois que c’est ça les solutions qu’il faut encourager.

 

 

Voilà ma petite Saxo,
J’ai du mal à ne plus t’utiliser du tout, et on a sûrement encore quelques trajets devant nous. Mais je vais peu à peu te délaisser pour mon vélo.
Pour la même raison que je limite la viande, que je garde ce téléphone vraiment pourri, que je n’achète plus de vêtements, ni de produits neufs, que je ne mange plus de mangues, ni d’avocats ou autres quinoas, je limite au plus mes déchets et que je conchie les étales qui vendent des fraises en hiver.
Et ce sont des choix que je n’ai aucune difficulté à suivre. Vraiment ça ne me pose aucun soucis.
Mais, je crois que j’arrive dans une phase plus compliquée de mon engagement. Ça me déchire le cœur de te laisser, parce que c’est aussi à mon insouciance que je dit au revoir en faisant ça.
Et parce que je prends conscience que plus on attend, plus on va devoir faire des sacrifices douloureux.
Et le prochain choix qui m’attend, il va être encore plus douloureux. Parce que je ne sais pas encore ce que vais faire ou pas, mais ça concernera le voyage. Et je sais que ce sera difficile.

 

 

Références :

https://www.liberation.fr/futurs/2016/11/25/pres-de-la-moitie-de-l-huile-de-palme-consommee-en-europe-se-trouve-dans-le-diesel_1530733

https://atterrissage.org/technologies-societe-durable-65514b474700?fbclid=IwAR2BrHeNlMGjXMpG-uvoEB6oF8xCNOvVlA8sHynS87yy-ziWpzt6Gv3-cx0

Laura
Aucun commentaires

Post a Comment

Suivez moi sur Instagram